Attention, chien méchant!


« Il a mordu, paf! Comme ça, sans prévenir! », « C’était tellement un bon chien avec les enfants, jamais j’aurais cru... », « Les chiens sont tellement imprévisibles, on ne peut pas leur faire confiance! ». Ces phrases vous disent quelque chose? Laissez-nous vous partager que les spécialistes du comportement animal se retiennent intensivement de ne pas répondre un « ouin, ouin, c’est ça» des plus sarcastiques en entendant ce type d’affirmation. Il est vrai que les morsures peuvent surprendre et entraîner des blessures importantes. Cependant, les spécialistes du comportement animal s’entendent sur le fait qu’elles surviennent majoritairement dans des contextes non seulement prévisibles, mais également évitables. Cet article vise à expliquer les trois causes de morsures les plus communes, soit la protection de ressources, la prédation et les émotions (aussi appelées agressivité). Il est important de préciser que cet article présente une synthèse de l’information et qu’il ne remplace en rien une consultation avec une personne spécialisée dans le domaine si vous avez des inquiétudes.

 

1. La protection de ressources

La protection de ressources, comme son nom l’indique, fait référence à un réflexe possessif de la part du chien pour garder de la nourriture, des jouets ou d’autres objets qu’il trouve. Par exemple, le chien qui protège sa nourriture deviendra tendu lorsqu’on approche de son bol et aura tendance à figer ou à se mettre à manger beaucoup plus vite. Si on s’approche trop, le chien pourrait aller jusqu’à grogner, voire mordre. Il s’agit d’un réflexe que le chien a habituellement dès la naissance, mais qui peut être également acquis par expérience chez les chiens ayant vécu d’importants manques de nourriture sur de longues périodes.

 

Le type de protection est différent pour chaque chien. Par exemple, certains chiens protègent leur nourriture, mais pas leurs jouets et d’autres vont protéger leurs ressources en présence d’autres chiens, mais pas avec leurs humains. C’est pourquoi certains cas de morsures en lien avec la protection de ressources peuvent paraître imprévisibles. Ce qui est important de retenir, c’est que tous les chiens peuvent avoir un potentiel de protection de ressources et qu’il faut, comme propriétaire, être vigilantE lorsque le chien se retrouve dans un contexte nouveau qui implique de la nourriture ou des jouets (ex : arrivée d’un bébé ou d’un autre chien dans la famille).

 

Si vous soupçonnez ce comportement chez votre animal, faites affaire rapidement avec une personne spécialisée dans le domaine qui saura vous guider sur les moyens à mettre en place pour éviter un accident. Évitez de réprimander votre chien s’il manifeste ce comportement et ne tentez pas de «l’habituer» en créant des contextes propices à la protection de ressources, en jouant dans sa nourriture lorsqu’il mange, par exemple. Voici, pour terminer, un lien vers un court vidéo qui explique très bien pourquoi c’est une mauvaise idée:

https://www.facebook.com/deschiensdeschatsdeshumains/videos/2024709837596416/UzpfSTI2MTUxNTI5Nzg4ODgwMzozMTYxOTk0OTkwODcwNDk/



2. La prédation

La prédation se décrit par l’ensemble des comportements de chasse qu’un chien peut avoir, aussi appelé chaîne de prédation. Cette chaîne est composée des comportements suivants: fixation du regard, poursuite, morsure de préhension, morsure fatale, éviscération de la proie et ingestion de la proie. Très rares sont les chiens qui présentent cette séquence au complet. La plupart des chiens possédant un trait de prédation se rendent à la morsure de préhension seulement.

 

Tout comme la protection de ressources, la prédation est un trait inné et non acquis. Cependant, elle peut être encouragée inconsciemment par les propriétaires à travers les jeux qu’ils pratiquent avec leur chiot. Par exemple, utiliser le tug (corde tressée que le chien tire avec sa gueule), lancer la balle et jouer à se chamailler avec nos mains sont des activités qui stimulent la prédation. Il est tout de même possible, avec l’aide d’unE spécialiste du comportement, d’entraîner des commandements visant à arrêter le jeu rapidement lorsque votre chien présente un trait de prédation, mais que vous souhaitez tout de même continuer à pratiquer ces jeux. Cependant, même avec une base d’obéissance, les propriétaires se doivent de mettre en place des mesures préventives afin d’assurer la sécurité de leur entourage, en gardant leur chien en laisse ou en lui mettant une muselière, par exemple.

 

Il est important de ne jamais punir un chien qui présente un comportement de prédation. Ce serait inutile et dommageable, car l’instinct de prédation se compare à une transe; le chien n’est pas conscient de ses actes et n’est donc pas en mesure de faire des apprentissages.

 

Finalement, il est à noter que d’essayer de fuir en courant si on se fait poursuivre par un chien présente un grand risque. En effet, le mouvement stimule la prédation et encourage le chien à poursuivre sa « proie ». En cas de poursuite, restez immobile avec les bras croisés sur la poitrine.




3. Les émotions et l’agressivité

Lorsqu’il est question d’émotions, nous faisons référence à l’ensemble de ce que le chien peut vivre qui peut l’amener à avoir une réponse agressive. Cette agressivité peut être causée entre autres par de la peur, de l’irritation, de la douleur ou encore par l’accumulation de ces éléments. Les morsures qui y sont dues sont quasiment toujours précédées de signes annonciateurs qu’on appelle les signaux d’apaisement. Il s'agit d’un ensemble de gestes et d’expressions faciales que le chien fait pour exprimer son inconfort. Les spécialistes du comportement animal pourront vous aider à décoder les signaux d’apaisement chez votre animal et vous indiquer la marche à suivre lorsqu’il montre que la situation le dérange.

 

Lorsqu’un chien n’est pas écouté par son propriétaire lorsqu’il fait des signaux d’apaisement, il peut alors entrer dans ses réflexes de défense: figer, fuir et finalement mordre. Certains chiens vont également grogner et montrer les dents. Ces comportements représentent le dernier avertissement que le chien offre avant d’attaquer, il est donc primordial de respecter ces signaux et de donner au chien l’espace qu’il demande. Il est essentiel de comprendre que les chiens font des apprentissages en lien avec leurs réactions qui fonctionnent ou non. Par exemple, si un chien est inconfortable et tente d’avertir par des signaux d’apaisement, puis par des réflexes de défense et finalement par une morsure et que celle-ci qui lui permet d’être retiré de la situation, il y a des chances qu’une prochaine fois, le chien passe directement à la morsure. Vous comprendrez donc qu’il est capital d’écouter son animal et de le retirer de la situation dès que des signes d’inconforts sont observés.



En conclusion, unE propriétaire avertiE se doit de s’informer sur le comportement de son chien, par exemple, en le faisant évaluer . Une personne à l’écoute de son animal, qui respecte ses limites et qui va chercher l’aide professionnelle nécessaire en cas de doute court beaucoup moins le risque d’être tenue responsable d’une morsure en plus d’assurer sa sécurité et celle de son entourage. Alors avec nos chéris poilus (et pourvus de dents!), vaut mieux prévenir que guérir!

 

Si vous avez des inquiétudes par rapport au comportement de votre animal et souhaitez faire affaire avec nos services, vous pouvez nous contacter sur le territoire de la Rive-Sud au 819-290-1203 ou sur le territoire de Montréal au 514-953-9616.


— C'est Chien !